Aller au contenu

Nos besoins : verrous comportementaux de la transition.

Le fonctionnement de l’économie marchande capitaliste repose sur la création infinie de nouveaux besoins. La croissance des besoins est essentielle à la croissance du capital et la croissance du capital permet de faire émerger de nouveaux besoins. Ce qui crée une véritable aliénation des travailleurs par le travail et par les besoins. Cela nous incite à quoi ? A acheter de l’imaginaire grâce à une formidable spectacularisation des biens ou des services qui fait naître et entretient le désir. Toute norme du suffisant est abolie car dans notre société de consommation nous cultivons l’être par l’avoir : l’objet symbole renvoie à l’affirmation de soi et à la démonstration de la réussite personnelle.

Dans cette analyse, nous démontons ces mécanismes et nous nous interrogeons sur les possibilités de hiérarchiser les besoins et de contrôler la production de manière démocratique pour enfin entrer dans une véritable transition économique, énergétique et sociale.

par Hugues De Bolster

DSC_8214