Aller au contenu

Nos voeux 2022

Voeux_2022_SITEv2

Depuis une semaine, je réfléchis aux vœux à souhaiter pour cette nouvelle année. La tâche m’a souvent semblé ardue mais cette année plus que les autres.

Comment, dans une période aussi trouble, écrire les bons mots ?
Que souhaiter quand les mois précédents ont été si perturbés ?
Que souhaiter quand les perspectives sont au mieux incertaines. Au pire, inquiétantes.

 

Les sources d’inspiration sont légions.

La nostalgie de Victor Hugo, qui me rappelle l’inexorable temps qui passe:
Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir nos cœurs

L’espoir doux d’Albert Camus, qui nous donne envie de croire que les plus belles choses peuvent sortir des plus dures:
Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été

L’utilitarisme de Jules Renard, pour se souvenir que nous avons le pouvoir de changer les choses:
Je vous apporte mes vœux.
– Merci, je tâcherai d’en faire quelque chose.

Le côté pratique de Geluck, parce que c’est difficile de se renouveler d’année en année:
Meilleurs vœux pour toute la vie. Comme ça c’est fait une fois pour toutes

La douceur de notre collègue Hugues, parce que ses vœux lui ressemble, joyeux et optimiste:
Que vos rêves soient magnifiques, vos projets audacieux et que la vie vous donne la force de les réaliser !

 

Et puis ?

Il y a le lyrisme optimiste de Brel, comme si mon père murmurait à mes oreilles:
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns

 

Mais encore ?

Il y a, enfin, les mots de Gramsci.
Ceux qui nous rappellent que, chaque jour, nous pouvons décider de tourner une page.
De poser une nouvelle pierre.
De gravir une montagne.
De s’asseoir au bord d’une rivière.

Voilà pourquoi je déteste le nouvel an.
Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle.
Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour.

 

On souhaite le meilleur.
Mais on craint un optimisme qui serait trop décevant.
Les uns sortent d’une année terrible.
D’autres, ou les mêmes, ont vécu des moments merveilleux.

La complexité de la vie. Dans toute sa dureté, parfois. Dans toute sa splendeur aussi.

Toutes les cartes ne sont pas dans nos mains.
Pour celles que nous avons, tentons d’en faire le meilleur.

Meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
Qu’ils vous donnent, chaque matin, envie de rendre ce monde plus juste, serein et beau.

 

Joanne Clotuche – j.clotuche[@]saw-b.be