Aller au contenu

Rencontre avec Pass-ages – création d’un projet unique de coopérative d’habitants.

photo etablissement-2

Et si on imaginait un endroit en plein cœur de Bruxelles où une maison de naissance côtoie une maison de mourance au coeur d’un habitat groupé intergénérationnel? Un endroit où s’entremêlent toutes les étapes de la vie et les différents niveaux sociaux ? C’est le rêve de Pass-ages. Durant l’année écoulée, l’accompagnement de SAW-B s’est concentré sur l’aspect habitat du projet et la création d’une coopérative d’habitants. L’objectif sur cette mission fut double : d’une part engager une réflexion sur sa gouvernance et de l’autre sur sa viabilité économique. Nous avons rencontré Sylvie Graffe, responsable administrative et financière de l’asbl Pass-ages et Chadi Cheikh-Ali, conseiller en entreprise sociale chez SAW-B.

Connaissez-vous le roman « Et puis Paulette… » ? C’est l’histoire de Ferdinand, qui vit seul dans sa grande ferme vide. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. La femme n’a nulle part où aller et finit par se faire inviter à la ferme. Dès lors, de fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner…

Cette histoire, c’est celle qui a inspiré l’asbl Pass-ages, « une asbl qui a comme objectif d’établir une maison de mourance et une maison de naissance au coeur d’un habitat groupé intergénérationnel» nous explique Sylvie. C’est une réflexion qui date de plusieurs années mais dont l’objet s’est accéléré avec les financements octroyés par l’Union européenne (Fonds Européen de Développement Régional au titre du fonds “Actions Innovatrices Urbaines”). « Nous avions besoin d’appui pour une réflexion sur la gouvernance et la viabilité économique de la coopérative d’habitants » appuie Sylvie, après que l’asbl ait rejoint le projet Calico. Ce projet compte 34 logements au total, dont 10 appartiennent à Pass-ages pour les logements et 3 pour les maisons de mourance et de naissance.

 

Accompagnement confiné ? Accompagnement quand même !

C’est dans le cadre d’un appel à projets de notre satellite Coopcity et d’Innoviris (l’organisation régionale pour la recherche et l’innovation, qui finance le projet) que Pass-ages et SAW-B se sont alors rencontrés … en virtuel : “Nous nous sommes adaptés à la situation (covid). Mon collègue Hugues de Bolster et moi avons, par exemple, animé des ateliers en visioconférence afin d’extraire les idées directrices de l’agencement de la gouvernance et celles qui seront retranscrites dans les statuts de la coopérative» nous débriefe Chadi. Aujourd’hui, la coopérative est créée et elle a pris le nom de … Vill-ages.

 

Un modèle économique pour construire un projet viable.

Une coopérative d’habitants justement, c’est bien là l’originalité du modèle mis en place tant cette forme juridique est peu répandue en Belgique.

La coopérative reste une entreprise comme une autre, elle a son objet social, son modèle économique, mais aussi ses valeurs qu’on retrouve dans beaucoup d’entreprises de ce type. Toute la difficulté est de réussir à traduire ces principes et ces valeurs en chiffres pour constituer le modèle économique, le tout en visant la viabilité“, précise Chadi. Comment un montant de loyer, ses projections dans le temps, sont-ils le reflet des concepts d’équité ou de solidarité?

Sylvie explique :”Des comparaisons avec d’autres types de coopératives d’habitants en France et en Belgique ont été réalisées. Chadi nous a apporté ses connaissances techniques (projections, indexation, amortissements…) pour que nous arrivions à définir les futurs loyers. C’est une question délicate car les habitants sont à la fois propriétaires* de la coopérative (elle-même propriétaire des appartements) ET locataires des appartements!”. “Au travers d’allers-retours avec les habitants, nous avons testé la viabilité du modèle économique et l’avons adapté pour trouver des loyers justes et qui correspondent aux attentes” conclut Chadi.

*Ici, la coopérative est propriétaire du bâti et non du terrain qui appartient au Community Land Trust Bruxelles (CLTB). Lire notre analyse pour en savoir plus sur cette forme de pratique coopérative.

 

Un habitat, une coopérative, des asbl… quelle place pour l’habitat intergénérationnel ?

« Il n’y a pas d’habitat groupé sans maison de naissance et de mourance ! »  répètent les habitant·e·s, qui rappellent en ce sens le cœur du projet de l’asbl Pass-ages. Mais habiter n’est pas chose anodine, encore moins lorsqu’une fonction aussi structurante de la vie s’entrelace si solidement avec un engagement bénévole.

On y habite, chacun·e y trouve l’intimité classique d’un logement, lequel appartient à une coopérative. Mais cette coopérative, quelle est sa place au milieu des autre entités juridiques comme l’asbl Pass-ages et comment s’articulent leurs relations ? Comment garantir une autonomie de la coopérative tout en protégeant le projet de l’asbl ? « Au cours des séances, on s’est rendu compte que les gens n’arrivaient pas toujours à faire la différence entre les rôles de structure de l’asbl et ceux de la coopérative. Il y avait une crainte de dissocier les deux. La solution trouvée : Pass-ages est membre fondateur de la coopérative Vill-ages et restera garant des valeurs de l’asbl et du lien avec la maison de naissance et de mourance » nous rapporte Sylvie, convaincue que les futur·e·s habitant·e·s coopérateur·rice·s doivent tous participer à la réflexion du modèle à construire.

 

Une épargne qui a du sens.

Maintenant que nous sommes officiellement établis, nous allons bientôt pouvoir lancer notre campagne d’appel à épargne privée via des prêts et des obligations pour un montant de 300.000€. Nous sommes accompagnés par Financité dans cette démarche. La campagne devrait être lancée le 18 janvier 2021.” se réjouit Sylvie.

 

Le plus de Chadi…

« A chaque fois que j’en parlais, je voyais les gens séduits par ce projet, appuie Chadi. On sent bien qu’il répond à des attentes de nombreux habitants de créer des liens que les formes d’habitat ne permettent pas aujourd’hui. Je leur souhaite tellement de bonheur et surtout qu’ils fassent des petits, qu’on les imite, qu’on les réplique, jamais à l’identique bien sûr, mais dans le même esprit. J’espère qu’ils parviendront aussi à s’ériger en exemple dans la manière de repenser l’urbain en réussissant à créer du lien avec le quartier. D’ailleurs je pense même m’impliquer en tant que bénévole » dit-il en souriant.

 

  • Découvrez Pass-ages et sa coopérative d’habitants Vill-ages, leurs valeurs et leur projet : www.passages.be
  • Inspiré·e ? Envie de vous faire accompagner pour votre projet ? Faites appel à nous !